Chaud devant, froid derrière ?

Chaud devant, froid derrière ?

Les premiers jours doux de l’année devraient laisser place aux plus froids de cette semaine. D’ici mercredi, la neige pourrait revenir à un point bas. Cependant, il ne s’agit pas d’une vague de froid, au sens fort du terme. Voici pourquoi.

La présence d’extrêmes pressions associées au courant dans le sud-ouest a permis une forte remontée des températures au 1er janvier. Plusieurs records ont été battus en altitude, comme à Poschiavo (TI) de 19,2°C, ou à Moléson (FR) et Évolène (VS ), respectivement. °C

A y regarder de plus près, cependant, ces incidents ont eu lieu devant une zone de basse altitude face à l’Atlantique Nord (voir ci-dessous). Cependant, ce dernier se déplace sur l’Europe centrale et orientale, ce qui nous apportera de l’air frais dans les prochains jours.

Répartition de la pression et de la température à 850 hPa (1500 m) 1er janvier 2022 [Danièle Bétrisey – Archives GFS / Meteociel]

Une pression plus intense se produira également entre mardi et mercredi sur les îles britanniques, provoquant un virage des vagues vers le nord et entraînant les vents polaires vers les Alpes. La version actuelle du mode montre entre 15 et 15 pouces de neige fraîche sur 1200 nuits du mardi au mercredi, qui est le théâtre du changement à venir.

Les températures baissent à partir de mercredi et le temps continue de changer.

Les thermomètres pourront encore afficher 8°C ou 9°C vers 1500 m dans la journée de mardi mais avec l’arrivée d’air de plus en plus froid, les températures devraient baisser d’environ 15 degrés en 24 heures. Les précipitations tombent généralement le mercredi mais ne descendent qu’en dessous de -6°C ou -7°C à 1500 m. La neige risque de réapparaître en plaine…

Changement de température à 850 hPa (1500 m) prédit par type GFS entre le 4 et le 6 janvier 2022 [Danièle Bétrisey – GFS / Meteociel]

Par la suite, les mêmes températures doivent être respectées pour monter et descendre, tournant entre 0°C et -6°C à 1500 m. D’autres tempêtes devraient également traverser la Suisse, indiquant une augmentation des chutes de neige à basse altitude. Selon le mode actuel dégagé, les précipitations devraient rester faibles à modérées.

De leur côté, une répression sévère pourrait conduire à une intervention en Suisse, par exemple en Chine, mais celle-ci n’indique pas une sortie définitive. Le climat change et l’ouest froid semble se balancer. C’est peut-être courant en janvier.

Neige en plaine mais signe de grand froid

Les températures vont fortement baisser cette semaine. La prévision probabiliste du mode européen indique, par exemple, entre -3°C et + 3°C de la ville de Neuchâtel entre le 5 et le 9 janvier. Mais, à moins que vous ne soyez dans la vallée du Jura après une nuit claire et venteuse, très des conditions froides (avec des températures ne dépassant pas 0 ° C pendant la journée) sont peu probables.

Modèle européen de prévision probabiliste (ECMWF) du 3 au 13 janvier 2022 Neuchâtel [Danièle Bétrisey – ECMWF]

Des températures extrêmes sont plus susceptibles de se produire si la région est plus lourde que la Scandinavie si la Russie permet aux vents sibériens de souffler dans les Alpes, au nord-est. Il faut aussi que la circulation de l’air en altitude dépende de l’événement, surtout au pôle, au niveau de la stratosphère.

Les conditions, par exemple, se sont produites en février 2012. Dans certaines régions de la Suisse, la température quotidienne moyenne est restée entre -9 et -10 degrés du 1er au 14 février. Elle était de -35°C dans le Samedan (GR), qui était un relevé mensuel.

Température à 850 hPa (1500m) le 7 février 2012. [Danièle Bétrisey – Archives / Wetterzentrale]

Cependant, nous devrions en être conscients dans les deux prochaines semaines : des averses périodiques de circulation d’air dans le Nord, similaires à la profondeur de l’air polaire mais pas de vagues d’air froid associées à un signe d’extrême pression sur la Russie ou sur la Scandinavie.

Mais à la fin du mois, les lits étaient ouverts !

Philippe Jeanneret avec l’aide de Lionel Fontannaz de Météosuisse