Climat: La planète toujours vers un réchauffement de 3°C - flash Meteo France

Climat: La planète toujours vers un réchauffement de 3°C

A trois jours du «sommet du haut climat», l’ONU a averti que le monde était encore loin des objectifs de l’accord de Paris en 2015. Malgré la baisse des émissions de CO₂ due à Covid -19.

A trois jours d’un «sommet ambition climat», l’ONU avertit que le monde est toujours très loin des objectifs de l’accord de Paris de 2015. Malgré la baisse des émissions de CO₂ due au Covid-19.

A trois jours d’un «sommet ambition climat», l’ONU avertit que le monde est toujours très loin des objectifs de l’accord de Paris de 2015. Malgré la baisse des émissions de CO₂ due au Covid-19.

À la fin du siècle, le système de chauffage atteignait une hauteur d’environ 3,2 ° C, alors même qu’ils avaient tous respecté leurs engagements à Paris, ce qui est souvent hors de question. Voir l'article : Le prototype d'une fusée géante SpaceX explose à l'atterrissage....

L’émission de gaz à effet de serre due à la maladie Covid-19 aura un impact «significatif» et le monde évolue toujours vers 3 degrés de réchauffement, ce qui est loin de l’espoir d’un accord à Paris qui aura cinq ans samedi, le L’ONU a mis en garde mercredi.

À trois jours du «plafond de résistance maximale» qui espère donner un nouvel élan à l’engagement international de maintenir les températures mondiales en dessous de 2 ° C, et si possible à 1,5 ° C, par rapport à la période préindustrielle, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a une fois de plus fait retentir le cri.

Et prévient dans son rapport annuel comparant les émissions réelles de gaz à effet de serre avec celles conformes aux objectifs de Paris que la reprise post-Covid devra être très sérieuse si le monde veut éviter le pire.

Pour suivre la limite de température mondiale de 1,5 ° C, les gaz à effet de serre doivent être réduits de 7,6% par an, annuellement de 2020 à 2030, selon l’ONU.

Ces augmentations ont augmenté en moyenne de 1,5% sur un an au cours de la dernière décennie, atteignant un record en 2019 (59,1 gigatonnes, soit milliards de tonnes, soit + 2,6% de plus que l’année précédente. 2018). Mais l’épidémie de Covid-19, qui a interrompu une grande partie de l’économie mondiale et des activités humaines pendant des mois, a provoqué un net déclin. Les émissions devraient tomber à 7% d’ici 2020 pour le CO2, principale source de gaz à effet de serre (moins pour les autres).

Négligeable

Mais ce changement est cyclique et n’aura que des effets «inaperçus» à long terme, avec environ 0,01 degré d’inflation évité d’ici 2050, préviennent les experts de l’ONU.

Et d’ici la fin du siècle, la tendance au réchauffement devrait être supérieure de 3,2 ° C, même si elle a respecté tous les engagements actuels de Paris, qui sont souvent loin d’être normaux.

Cependant, avec la température de + 1 ° C depuis la période préindustrielle, l’effet du réchauffement a déjà été observé. Les cinq années qui se sont écoulées depuis la signature de l’Accord de Paris ont été les plus chaudes jamais enregistrées, «les incendies, les tempêtes et les sécheresses continuent de faire des ravages alors qu’ils gèlent à un rythme incroyable», a déclaré la directrice du PNUE, Inger Andersen.

Derrière ce triste tableau, l’ONU veut voir de bonnes nouvelles: la maladie peut servir de leçon et le monde peut mettre en œuvre une véritable «médecine verte»: soutien direct et plus en cas de manque d’infrastructures et de technologies carbone, réduction des subventions à la consommation de carburant centrales au charbon, construction de «solutions basées sur la nature», augmentation du reboisement par exemple.

Cela permettrait de «réduire jusqu’à 25% la pénalité prévue pour 2030 sur la base des politiques antérieures à Covid-19» et offrirait 66% de chances d’inclusion. Réchauffement en dessous de 2 ° C, voire 1,5 ° c. .

Moteur de crise

Mais pour l’instant, malgré les centaines de milliards d’Etats dépensés pour sauver leurs économies, «la fenêtre pour utiliser des mesures inflationnistes pour accélérer les changements à faible teneur en carbone a souvent été ratée», prévient l’auteur. “Sans changement, les objectifs de l’Accord de Paris s’échapperont.”

Le PNUE exhorte donc les États qui ont annoncé des échéances sur «l’indépendance du carbone» à trouver rapidement les moyens d’y parvenir. Car la diplomatie a également été entravée par l’épidémie et la COP26 qui a recueilli les engagements améliorés ont dû être repoussées d’un an à novembre 2021. Même si l’État devait soumettre ses nouveaux engagements à la fin de l’année.

L’ONU avertit également que la «pertinence» des efforts sera «essentielle» au succès, car les émissions du 1% le plus riche de la population mondiale sont deux fois plus élevées que celles de la population mondiale.

«Cette maladie est un avertissement dont nous avons besoin pour sortir immédiatement de notre voie destructrice, qui alimente trois crises mondiales: le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution. Mais c’est aussi une opportunité claire (…) de protéger notre climat et notre nature pour de nombreuses années à venir », a conclu le titre du PNUE.

Climat: une large alliance des milieux économiques pour...
A voir aussi :
Plus de 200 associations et entreprises soutiennent la loi sur le CO2.…