Climat : l’année 2020 égale le record de l’année précédente dans le …

L’année 2020 a été aussi chaude que l’année record de 2018. L’hiver a été le plus doux depuis le début des mesures, suivi du troisième printemps le plus chaud, puis d’un été avec deux vagues de chaleur modérées.

La température annuelle moyenne en 2020 a été de 6,9 degrés, soit la même que la température annuelle record de 2018, a rapporté MétéoSuisse lundi. Dix mois ont été plus chauds que la norme de 1981 à 2010, avec des températures annuelles dans la plupart des régions entre 1,4 et 1,6 degrés plus élevées.

Ainsi, l’année 2020 peut également être considérée comme l’année la plus chaude depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois d’octobre a connu des températures inférieures à la normale, tandis que le mois de juin a été dans la norme.

L’hiver 2019-2020 a été le plus doux depuis le début des mesures. La température nationale moyenne de décembre 2019 à février 2020 a été de 0,7 degré, soit près de 3 degrés de plus que la norme de 1981-2010.

Selon MétéoSuisse, les vagues de chaleur de cet été ont été modérées, voire faibles dans certaines régions par rapport aux années précédentes. En 2020, les températures maximales sont restées pour la plupart en dessous de 34 degrés. Cependant, quelques sites, dont Chaumont (NE), ont battu des records locaux de température depuis le début des mesures.

Pluie irrégulière

Pluie irrégulière

Pendant cette période, il y a eu beaucoup de soleil, surtout au nord des Alpes, qui a connu l’un de ses hivers les plus ensoleillés depuis la fin du XIXe siècle. Ceci pourrez vous intéresser : Le recul des glaciers du Groenland pourrait avoir un impact sur l'écologie locale. Le mois de janvier a contribué de manière significative aux records nationaux, avec de nouveaux records d’ensoleillement à Genève, Berne, Bâle et Zurich, entre autres.

En même temps, le début de l’année a été sec au sud des Alpes, notamment en janvier et février. Au cours de ces deux premiers mois, l’ensoleillement n’a diminué que de l’équivalent de 5 à 10 % de la norme 1981-2010. Le reste de la Suisse a cependant connu de fortes précipitations, dans certains cas équivalant à une fois et demie, voire au double de la norme.

une-etude-de-la-nasa-cartographie-les-racines-de-la-perte-mondiale-de-mangroves
Ceci pourrez vous intéresser :
Par Jessica Merzdorf, Centre de vol spatial Goddard de la NASA En…