« Combien d’attaques contre la science faudra-t-il pour briser le silence ? »

Il y a un silence plus accablant que des milliers de discours. Il y a d’abord celui qui a entouré la publication de la liste rouge des enseignants-chercheurs de «l’islam de gauche», accusés de «détruire» l’université en faisant de la politique plutôt que des sciences. Puis il y a eu celui qui a accompagné le rejet de la candidature d’une célèbre scientifique (Nonna Mayer) à la présidence de Sciences Po, après avoir été publiquement condamnée au nom de son implication dans les exclus. Et puis il y a eu la disparition annoncée de l’Observatoire de la laïcité, que la secrétaire d’État à la Citoyenneté Marlène Schiappa présente comme une simple formalité dans laquelle expire le mandat de sa direction. Et maintenant, les échalotes des sénateurs se battent pour remporter le prix du changement le plus sérieux de la loi affirmant le respect des principes de la république. Bien sûr, quelques voix ont émergé pour condamner chacune de ces attaques malsaines contre la loi et la pensée, mais elles sont elles-mêmes discréditées ou ignorées comme un décalage dans la politique, les médias et les intellectuels ont convenu et l’indifférence de la majorité.

Jean Baubérot: « Pourquoi est-ce que je soutiens l’observatoire de la laïcité »

Une étrange confrérie de traqueurs-censeurs

Une étrange confrérie de traqueurs-censeurs

Ces silences sont autant de revers et d’abdications face à la violence perpétrée par cette étrange fraternité d’activistes qui unissent des personnes d’horizons idéologiques différents et partagent une même volonté: disqualifier, rendre inaudible, voire bannir les voix qui déplaisent et interpellent. leur autorité. Leur principale occupation et occupation est de trouver et de détruire toute intervention ou expression publique qui signale une compréhension des problèmes politiques et sociaux d’aujourd’hui; surtout les allégations et les souffrances des populations souffrant d’inégalité, de discrimination, de déni de citoyenneté, au nom d’un ancêtre dont la légitimité reste suspecte – «noirs et arabes» pour le dire sans détour. Ceci pourrez vous intéresser : Une fonction achats qui priorise l'écologie dans ses indicateurs dynamise la performance économique de l'entreprise. Et petit à petit, le harcèlement criminel et l’opprobre ont pris d’autres thèmes qui ont été présentés comme autant de manifestations de dégénérescence: les études décoloniales, y compris l’écriture, les études de genre, l’utilisation du mot «raciste», les rencontres avec un genre …

Unef plus que jamais sous le feu des critiques pour ses « rencontres racistes de sexe unique »

SpaceX : Des débris de la fusée Falcon 9 ont chuté sur une ferme aux Etats-Unis
Voir l'article :
Un agriculteur du comté de Grant, Washington (États-Unis) a récemment trouvé de…

Discréditer la recherche

Discréditer la recherche

Cette inquisition permanente, encore inconcevable il y a quelques mois, a aujourd’hui un objectif prioritaire: ceux qui ont des diplômes universitaires et une voix publique, et qu’elle accuse de minimiser les graves menaces que l’islamisme fait peser sur la paix civile et les libertés individuelles. Mais faut-il mener la lutte contre le terrorisme sur ce front? En s’attaquant à la production de connaissances, il se dégrade. Voir l'article : Ecologie : Ingérop se réorganise. Ses agents ne se soucient plus des torts infligés aux personnes ou aux organisations qu’ils livrent au bloc de la vengeance – ou des insultes sur les réseaux sociaux mobilisés à leur avantage et dont l’impact est incommensurable.

Leur objectif est de discréditer les travaux scientifiques sur la suspicion et de marginaliser les doctrines avant de les interdire, si possible, avec toutes les implications de ce point d’interrogation sur la vie et la carrière des universitaires qui travaillent simplement pour soutenir la recherche. Français au regard des normes internationales. Cela est dû, avec tout le respect que je dois à notre censure, aux problèmes du racisme systémique, de la violence à l’égard des femmes, du sexisme et de l’homophobie, mais aussi aux catastrophes climatiques et aux souffrances coûteuses (questions qui n’étaient plus considérées comme unanimes, mais qui ont depuis été incluses pour un bon prix, dans le package) est reconnu dans le monde académique mondial, alors que la vieille opposition en France est encore controversée.

Islamo-gauchisme: « Les macronistes font quelque chose », par Olivier Roy

le-satellite-nasa-noaa-analyse-le-panache-de-poussiere-du-sahara
Sur le même sujet :
Les tempêtes de poussière du désert saharien en Afrique qui traversent l’océan…

Une peur viscérale de l’islam

Une peur viscérale de l’islam

Ce qui est étrange, c’est que ce front de la pensée de droite est construit sur une peur viscérale de la religion musulmane, à laquelle il attribue des caractéristiques qui en font l’ennemi irréductible de la modernité démocratique. Cette peur favorise des craintes imaginaires pour l’organisation d’un cinquième pilier qui occuperait déjà les «territoires perdus de la république» et mord son temps pour frapper et détacher les citoyens. Voir l'article : Quels sont les différents types de climat en Afrique ?. Et chaque meurtre commis au nom de l’Etat islamique (quelle que soit la réalité de cette allégeance) est une occasion de raviver les soupçons. Il s’agit donc de provoquer et d’analyser les injustices, la discrimination, l’exclusion ou le harcèlement policier, dont «l’ennemi de l’intérieur» a souffert, de conclure un pacte ou une trahison.

Faire taire ceux qui doutent sincèrement d’une telle menace de l’islam, une solution ne serait-elle pas de documenter, quantifier et exposer publiquement le danger? Cela réduira généralement la réticence. Mais voilà: pas de filtres d’information qui confirment la peur du redouté. La seule indication qui donne régulièrement du crédit à cette accusation est qu’elle est fournie sans détails sur le nombre d’attaques qui auraient été contrées par les services de renseignement sur le territoire français. Parfois la mise en scène de l’arrestation d’un «terroriste», car il est souvent difficile de savoir exactement quel but il ou elle poursuivait.

Nous avons donc tous besoin de savoir que nous vivons dans un état de vigilance constant sans vraiment être avertis. Un peu comme on traverse la crise sanitaire sans jamais être associé aux mesures prises par une poignée de «savants» autoproclamés qui décident seuls de ce qui est bon pour mettre fin à Covid 19 avec le succès qu’on connaît. Les avertis, qui se sont arrogants le droit d’organiser la réaction, sont également en surplomb de la république. Les premières victimes de ces émetteurs sont tous ces citoyens qui sont ramenés à une identité musulmane sans qu’on leur demande leur avis, sauf lorsqu’ils sont appelés à prendre position sur les attentats (eux par opposition aux autres comme si c’était une évidence mineure ). On peut jurer qu’on ne veut pas faire de fusion entre musulman et islamiste radical, le moindre signe d’appartenance à cette société est vu comme un danger pour la nation. Ce qui choque dans cette volonté d’exclure un groupe social, c’est qu’elle ignore complètement les sensibilités individuelles et efface la diversité des croyances et des opinions qui y sont exprimées.

« Les coupables sont les victimes » par Eric Fassin

Météo hivernale en début de semaine prochaine : froid et neige
Ceci pourrez vous intéresser :
Le changement radical et brutal de temps annoncé dès le lundi de…

Extension du domaine de la suspicion

Et dans un bond épistémique visant spécifiquement tous les régimes autoritaires et promoteurs de l’ignorance, cette suspicion s’étend, en second lieu, à tous ceux qui, dans le domaine de la recherche et de l’éducation, s’efforcent d’adopter la bonne approche. Mesurez le danger djihadiste et introduisez des différences et des clarifications qui brossent un tableau réaliste. Lire aussi : SpaceX compte mettre la fusée Starship en orbite dès cet été. Un tel saut a été fait par les gouvernements qui, au Brésil, aux États-Unis, en Hongrie, en Pologne ou en Turquie, ont combiné la misogynie, l’homophobie, la discrimination ethnique et le scepticisme climatique dans leurs politiques de suppression de la recherche sur les femmes, la sexualité, le racisme ou l’environnement; de l’ancien président Trump, qui, tout en augmentant les mesures discriminatoires et en soutenant ouvertement la violence contre les Noirs, réécrirait des manuels pour saper l’histoire de l’esclavage; et en France par une violence sans précédent d’un gouvernement contre des universitaires constatant la discrimination qui touche la société française.

Ce saut est révélateur: il s’agit de pensée critique dissuasive et d’argumentation rationnelle, immédiatement entraînés dans la boue des réseaux et dans la mêlée de la télévision ou de la radio – où les rares scientifiques osent encore entendre des preuves. La connaissance se trouve sur un pied d’égalité avec les idéologues ignorants sur le terrain. Cette situation honteuse, qui rappelle les mauvais moments du maccarthysme, s’explique ici par une haine conjuguée de la recherche et des objets / sujets de telles recherches. Ce phénomène est connu des spécialistes du genre. Il a récemment pris l’apparence ultra-sinistre d’une attaque concertée menée par des ministres et intellectuels alliés par un calcul politique incertain pour faire taire toutes les voix, des plus aiguës aux plus modérées, leur rappelant les exigences minimales de légalité. Cela nous oblige à rompre ce silence.

Genre, race, identité … Elisabeth Roudinesco et Sandra Laugier s’expliquent

SpaceX sait pourquoi le Starship SN10 a explosé
A voir aussi :
Sur Twitter, Elon Musk a fourni des explications sur la cause de…

Sandra Laugier et Albert Ogien, bios express

Albert Ogien est sociologue. Directeur de recherche émérite au CNRS et enseignant à l’EHESS. Dernier ouvrage publié: « Politics of Activism. Essay on Citizens ‘Movements », PUF, 2021. Sur le même sujet : Pour une administration cantonale exemplaire en matière d'écologie. Sandra Laugier est philosophe et professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ouvrage le plus récemment publié: «The Society of the Vulnerable. Les leçons féministes d’une crise »(avec Najat Vallaud-Belkacem), Gallimard, 2020.

SpaceX et la Nasa s’accordent pour éviter les carambolages dans l’espace
Ceci pourrez vous intéresser :
La NASA et SpaceX ont conclu un accord sur la coordination dans…

« Combien d’attaques contre la science faudra-t-il pour briser le silence ? » en video