Des manifs en France pour «une vraie loi climat»

Des manifs en France pour «une vraie loi climat»

Publié le dimanche 28 mars 2021 à 15:42

Déposé le dimanche 28 mars 2021 par 15:43

Des milliers de manifestants à Paris. Plus de 180 collections du même genre traversant la France. Le plan du gouvernement, déclenché par la Convention citoyenne pour le climat (CCC), est largement critiqué. L’objectif des manifestants est de « faire revivre le citoyen puissant », selon Elodie Nace, d’Altatibaba, l’une des organisatrices. Des centaines d’ONG, de syndicats et de partis ont appelé à des manifestations, demandant en particulier aux électeurs «d’améliorer» les documents gouvernementaux.

Plusieurs parlements étaient présents au début du voyage à Paris dont le chef rebelle français Jean-Luc Mélenchon, la dirigeante de Génération écologie Delphine Batho, l’ancien député LREM Cédric Villani, selon l’AfP.

«Aucune négociation possible»

«Aucune négociation possible»

Après le titre « De la loi météo actuelle Stop bla bla », les manifestants se sont mis à défiler en chantant notamment: « So-Unis, avec les citoyens, du CCC! ». A voir aussi : L’invité – Un climat assaini pour des logements abordables.

De nombreux membres de la Convention Climat, événement sans précédent dans une démocratie appelée Emmanuel Macron, dont est issue la politique «climat et énergie» du gouvernement, étaient également présents.

« Aucune communication n’est possible avec la météo, la course est chronométrée », a déclaré le réalisateur et militant pour le climat Cyril Dion, qui était le « garant » du CCC avant de s’opposer au changement dans son communiqué. En effet, cela « ne permet effectivement pas à la France de poursuivre ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

Lire aussi: La nouvelle loi sur le CO2 est meilleure que ce qui a été dit, mais pas encore assez

Le premier rassemblement a également eu lieu dans des Etats, comme à Saint-Etienne, où environ 400 personnes ont défilé en suivant le panneau « Météo, il est encore temps d’agir ». Le code de la loi de l’État est « si bas qu’il n’est plus compréhensible », a déclaré Bénédicte, le protagoniste.

Mais la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, de son côté, a de nouveau défendu le document dimanche, assurant à France Inter qu’elle resterait « l’une des plus grandes lois de l’année pendant cinq ans ».

A lire également