Environnement : deux projets ambitieux en marge de la COP26.

Environnement : deux projets ambitieux en marge de la COP26.

Du côté de la COP26, le magazine Nature a publié la semaine dernière deux études : la première concerne le système de captage de l’eau de la nature, qui pourrait aider des milliards de personnes dans le monde. La seconde propose la synthèse d’énergie de synthèse en restituant les émissions de CO2. Solution:

Selon l’OMS, 2,2 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable, 4,2 milliards n’ont pas accès à un assainissement adéquat et 3 milliards n’ont pas accès à des installations d’assainissement. Là encore, les chiffres qui montent en flèche devraient être revus dans les années à venir, avec le réchauffement climatique.

En réponse à l’urgence, une équipe de chercheurs de Google, de l’OMS, de l’UNICEF et de X Moonshot Factory a identifié les pires pénuries d’eau au monde. Ce dernier se trouve en Afrique, entre l’Afghanistan et l’Indonésie, mais aussi en Amérique centrale (voir ci-dessous). Dans de nombreuses régions, la température est égale ou supérieure à 30 %, indiquant la possibilité de restituer l’eau de l’environnement pour répondre aux besoins de la population.

Carte des régions du monde pauvres en eau [Nature]

Utiliser la lumière du soleil pour restaurer l’eau potable

Les chercheurs ont suggéré de développer un produit lié à la récolte basé sur la théorie de l’évolution. Equipé d’un chauffage solaire, d’une pompe à air, d’un refroidisseur d’eau, d’une pompe d’ambiance et d’un échangeur de chaleur, ce dernier absorbe la chaleur de l’air ambiant et la refroidit dans la machine. . L’air refroidi est collecté dans de l’eau, puis collecté au fond de l’appareil (voir ci-dessous).

Systèmes de récupération d’eau potable, développés par des chercheurs de Google, de l’OMS, de l’UNICEF et de X Moonshot Factory. [Lune]

Un mètre carré de stockage d’énergie solaire peut fournir jusqu’à 5 litres d’eau par jour. Pour obtenir cette quantité, cependant, certaines conditions doivent être remplies, notamment une humidité relative d’au moins 30 %, un ensoleillement et une température adéquats.

La quantité d’eau potable n’affectera pas le temps, selon l’auteur de l’étude, car elle n’affecte qu’un faible pourcentage de la température dans l’atmosphère. Le système devrait fournir de l’eau à un coût de 10 cents le litre. Le prix est conçu pour convenir aux personnes gagnant entre 2 $ et 8 $ par jour.

Pour élargir la gamme d’utilisateurs, l’équipe a ouvert la voie à leur création, dans le but de tirer parti de stratégies de fabrication moins coûteuses. Elle espère réduire le prix de l’appareil à 1 % le litre à l’avenir.

Pétrole synthétique produit à partir du CO2 dans l’atmosphère.

Dans le domaine de la production d’énergie, les gaz neutres présentent un certain intérêt dans le transport aérien et fluvial. La nouvelle centrale solaire construite par l’ETH Zürich émet du CO2 et de l’eau dans l’atmosphère et divise cette dernière pour produire du gaz, sous forme d’un mélange d’hydrogène et de monoxyde de carbone, qui est converti en kérosène, méthanol ou autres. hydrocarbures.

Un protocole de capteur solaire développé par l’ETHZ. [ETHZ]

Ces carburants supplémentaires sont prêts à être utilisés directement pour tout type de transport. L’avantage de cette plante est qu’elle utilise l’énergie solaire et ne libère pas plus de C02 qu’il n’en faut, expliquent les chercheurs. L’étude a été publiée dans la revue Nature, sous le titre « Drop-in Fuels from sun and wind ».

« Cette centrale électrique prouve que l’énergie des hydrocarbures neutres peut être utilisée à partir de l’énergie solaire et éolienne dans des conditions réelles », a déclaré Aldo Steinfeld, professeur d’énergie renouvelable à l’ETH Zürich, dont la recherche améliore la technologie. « Le système thermochimique tire parti de toutes les conditions solaires et se produit à des températures élevées, ce qui permet une réaction et une efficacité plus rapides. »

Conception d’un système de production d’huile synthétique développé par des chercheurs de l’ETHZ [ETHZ / Remo Schäppi]

Une petite raffinerie solaire sur le toit de Zurich prouve que la technologie est possible, même dans le climat le plus tempéré de Suisse. Il produit environ un décilitre d’huile par jour (moins d’une demi-tasse). Steinfeld et son équipe ont déjà effectué un important test de contrôle solaire sur une tour solaire près de Madrid, organisé dans le cadre du projet européen Sun-and-Liquid. Le prochain objectif est d’adapter la technologie à la mise en œuvre industrielle et de la rendre économiquement compétitive.

Philipp Furler, directeur de Synhelion, a déclaré : « Une centrale solaire d’un kilomètre peut produire 20 000 litres de kérosène par jour. « En principe, une grande usine suisse – ou un tiers de Desert Mojave en Californie – peut répondre aux besoins en kérosène de l’ensemble de l’industrie aéronautique. »

Le projet a de l’avenir, l’aéroport de Zurich-Kloten a manifesté son intérêt pour le projet.

Philippe Jeanneret, avec la revue Nature