Le minimum de glace de mer de l'Arctique en 2020 au deuxième rang le plus bas jamais enregistré

Par Kate Ramsayer,

Centre de vol spatial Goddard de la NASA

Cette année, la couverture de glace de mer de l’Arctique a diminué au deuxième rang le plus bas depuis que la tenue de registres moderne a commencé à la fin 1970 s. Une analyse des données satellitaires par la NASA et le National Snow and Ice Data Center (NSIDC) de l’Université du Colorado à Boulder montre que le 2020 étendue minimale, qui a probablement été atteinte en septembre 10, mesuré 1. 44 million de miles carrés (3. 74 millions de kilomètres carrés).

En hiver, l’eau de mer gelée recouvre presque tout l’océan Arctique et les mers voisines. Cette glace de mer subit des changements saisonniers – s’amincit et rétrécit à la fin du printemps et en été, et s’épaissit et se dilate à l’automne et en hiver. L’étendue de la glace de mer estivale dans l’Arctique peut avoir un impact sur les écosystèmes locaux, les régimes météorologiques régionaux et mondiaux et la circulation océanique. Au cours des deux dernières décennies, l’étendue minimale de la glace de mer arctique en été a considérablement diminué. L’étendue la plus basse jamais enregistrée a été établie en 2012, et l’étendue de l’année dernière était à égalité pour la deuxième – jusqu’à cette année.

Une vague de chaleur sibérienne au printemps 2020 a débuté la saison de fonte des glaces de mer arctique de cette année, et les températures arctiques étant 09 à 18 degrés Fahrenheit (8 à 10 degrés Celsius) plus chaud que la moyenne, l’étendue de la glace a continué à diminuer. L’étendue minimale de 2020 était de 958, 000 miles carrés (2. 18 millions de kilomètres carrés ) sous le 1981-2010 moyenne des étendues minimales annuelles, et 2020 n’est que la deuxième fois sur le dossier que l’étendue minimale est tombée en dessous de 1,5 million de miles carrés (4 millions de kilomètres carrés).

La glace de mer arctique a atteint son étendue minimale estivale annuelle en septembre 10, le deuxième minimum le plus bas jamais enregistré. Crédit: Goddard Space Flight Center de la NASA

“C’était juste vraiment chaud dans l’Arctique cette année, et les saisons de fonte ont commencé de plus en plus tôt », a déclaré Nathan Kurtz, un scientifique des glaces de mer au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland. «Plus la saison de fonte commence tôt, plus vous perdez généralement de glace.»

La glace mince fond aussi plus vite que les floes plus épais. Chutes dramatiques de l’étendue de la glace de mer en 2007 et 2012, ainsi que l’étendue estivale généralement en déclin, a conduit à moins de régions de glace épaisse et pluriannuelle qui se sont accumulées au cours de plusieurs hivers. De plus, une étude récente a montré que l’eau plus chaude de l’océan Atlantique, qui est généralement profonde sous les eaux plus froides de l’Arctique, rampe plus près du fond de la glace de mer et la réchauffe par le bas.

Il y a des effets en cascade dans l’Arctique, a déclaré Mark Serreze, directeur du NSIDC. Les températures océaniques plus chaudes rongent la glace pluriannuelle plus épaisse et se traduisent également par une glace plus mince pour commencer la saison de fonte printanière. Faire fondre tôt dans la saison se traduit par une eau plus libre, qui absorbe la chaleur du soleil et augmente la température de l’eau.

«À mesure que l’étendue de la couverture de glace de mer diminue, ce que nous constatons, c’est que nous continuons à perdre cette glace de plusieurs années», a déclaré Serreze. «La glace rétrécit en été, mais elle s’amincit également. Vous perdez de l’étendue et vous perdez également la glace épaisse. C’est un double coup dur. »

La deuxième plus faible étendue de glace de mer jamais enregistrée n’est que l’un des nombreux signes d’un réchauffement climatique dans le nord, a-t-il déclaré, soulignant les vagues de chaleur sibériennes, les incendies de forêt, les températures plus chaudes que la moyenne le centre de l’Arctique et le dégel du pergélisol qui a conduit à un déversement de carburant russe.

Lien connexe: https://nsidc.org/arcticseaicenews/ 2020 / 09 / arctique-mer-glace-déclin-stalles-au-deuxième-minimum-le-plus bas /