Liberté des chercheurs, confiance du public… les leçons de la pandémie pour le climat

Par son degré d’urgence et ses effets systémiques, la crise pandémique transformée en coronavirus a provoqué une collaboration sans précédent entre chercheurs et décideurs. Le groupe de travail scientifique bien connu Covid-19 est de retour en Suisse pour aider à prendre des décisions. Cependant, ce n’est pas la première fois que de telles interfaces voient le jour: on peut penser au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui publie régulièrement des synthèses pour les gouvernements.

Pourquoi c’est urgent. En 2020, le monde a beaucoup accompli dans la lutte contre la pandémie. Des mesures sanitaires parfois restrictives ont été mises en place, ce qui semble impensable jusqu’à présent. Comment transférer une telle mobilisation dans les conditions de crise climatique? Pour comparer les expériences, l’Académie suisse des sciences (SCNAT) a invité des chercheurs ayant joué un rôle public de premier plan dans la lutte contre la pandémie à échanger avec des climatologues.