L’injection de soufre dans l’atmosphère nous sauvera-t-elle du réchauffement climatique ?

L'injection de soufre dans l'atmosphère nous sauvera-t-elle du réchauffement climatique ?

Pour lutter contre le réchauffement climatique, tous les moyens sont bons, selon certains. Y compris ce qu’ils appellent la géo-ingénierie solaire. Mais d’autres soulignent des effets indésirables qui pourraient avoir des conséquences de grande envergure. Slimane Bekki, chercheur au CNRS, nous aide à peser le pour et le contre de ce “plan B”.

L’histoire du réchauffement climatique en 35 secondes En intégrant graphiquement les mesures de température de presque tous les pays du monde entre 1900 et 2016, cette animation montre l’augmentation du nombre d'”anomalies de température”, c’est-à-dire les écarts par rapport à une moyenne. On peut voir qu’en un peu plus d’un siècle, la proportion devient rouge.

“ Injecter de soufre dans la stratosphère contribue à refroidir la planète. Nous en sommes certains. Il est présent naturellement lors des éruptions volcaniques. Environ un an après l’éruption du Pinatubo (Philippines) en 1991 – qui a injecté 15 à 20 Mt de dioxyde de soufre dans la stratosphère -, nous avons par exemple vu les températures mondiales moyennes chuter d’environ 0,5 °C ”, explique Slimane Bekki, chercheur au CNRS, dans une introduction.

Que voulez-vous dire par marche  ? Tout d’abord, rappelons que la stratosphère est une région de l’atmosphère qui se trouve au-dessus de 8 et 15 kilomètres d’altitude ; une région particulièrement stable en termes météorologiques par rapport à la troposphère qui se trouve en dessous, entre la surface de la Terre et la stratosphère. Ainsi, dans la stratosphère, la circulation de l’air est lente. “ Le Le soufre qui y est injecté est oxydé et produit des aérosols qui y restent parfois pendant des années, alors qu’en comparaison, le soufre et les aérosols sont rapidement éliminés par les pluies dans la troposphère”, note Slimane Bekki. Les aérosols stratosphériques agissent donc comme des miroirs miniatures qui diffusent le rayonnement solaire, en réfléchissant une partie vers l’espace. » Assez pour refroidir efficacement la planète.

A première vue, la technique de la géo-ingénierie solaire – ou intervention climatique, comme préfère l’appeler Slimane Bekki – qui consiste à gérer le rayonnement solaire qui nous parvient en s’appuyant sur les aérosols stratosphériques, apparaît donc comme la solution miracle au réchauffement climatique anthropique. Mais “ il n’est pas rien ”, prévient Slimane Bekki. “ Ce, que certains appellent le plan B, peut difficilement être considéré comme un moyen de gagner du temps. » Les chercheurs savent que les effets collatéraux de l’injection de particules de soufre dans la stratosphère pourraient à terme s’avérer encore plus néfastes que le réchauffement lui-même.

Effets néfastes de la géo-ingénierie solaire

Effets néfastes de la géo-ingénierie solaire

Parmi les effets secondaires connus figure la destruction de la couche d’ozone liée à l’augmentation des aérosols stratosphériques, un phénomène déjà observé après les récentes grandes éruptions volcaniques. Et l’augmentation du rayonnement ultraviolet atteignant la surface de la Terre qui l’accompagne. Ce n’est évidemment pas souhaitable. Mais il y a aussi, “ et peut-être encore plus important, les impacts que l’opération aurait sur le cycle de l’eau et sur les précipitations”, souligne le chercheur du CNRS. Les simulations montrent par exemple des changements importants dans les cycles de mousson. Des moussons qui s’affaiblissent et se déplacent. Avec des conséquences potentielles sur la vie de deux à trois milliards de personnes. A l’heure où la question des ressources en eau est aussi sensible que celle de la hausse des températures. Déjà aujourd’hui, les changements du cycle de l’eau induits par le réchauffement climatique anthropique accentuent les disparités entre les régions sèches et humides. La géo-ingénierie solaire va compliquer la situation. »

Ainsi régulé par la géo-ingénierie solaire, le climat connaîtrait donc inévitablement des changements résiduels assez forts à l’échelle régionale. Cela soulèverait de graves questions d’éthique et de gouvernance. “ À qui décidera d’intervenir ainsi sur le climat ? elle  ? Un accord international devra probablement être conclu. Mais il sera difficile d’en trouver un. Certains pays pourraient considérer le réchauffement comme une bonne nouvelle pour eux et bloquer le processus. D’autres, qu’une telle intervention sur le climat serait catastrophique pour leurs ressources en eau, notamment par rapport aux moussons. »

Tout cela, sans parler du fait que le problème du réchauffement climatique ne se limite pas à celui de la hausse des températures. “ Continuer émettre du CO2, c’est aussi poursuivre l’acidification des océans et ses effets néfastes tels que la disparition des coraux. Aujourd’hui, on ne sait pas jusqu’où cela peut aller. Mais il est clair qu’il est insoutenable de laisser augmenter les concentrations de gaz à effet de serre dans notre atmosphère. »

#CLIMAT Les chercheurs craignent que cette baisse des émissions soit temporaire en raison du ralentissement économique – que les émissions mondiales de CO2 rebondissent en 2021. Les données disponibles confirment cette dernière option. Mais leur niveau reste incertain. pic.twitter.com/NTfwPNFaEn

Ne pas perdre de vue l’essentiel

Intervenir sur le climat en injectant du soufre dans la stratosphère pourrait cependant nous détourner dangereusement de cet objectif primordial. Et “ avec A mesure que les émissions de CO2 augmenteront, nous devrons injecter de plus en plus de soufre dans la stratosphère pour espérer contrer la tendance au réchauffement. Mais plus nous injecterons de particules, moins nous pourrons arrêter ”, prévient Slimane Bekki. Sinon, nous allons subir ce que les chercheurs appellent un rattrapage climatique de plus en plus violent. “ Un L’arrêt brutal des injections pourrait nous faire gagner 2 à 3 °C en une décennie seulement. »

Ce risque est d’autant plus difficile à envisager que des travaux récents de chercheurs américains suggèrent que l’efficacité même de la géo-ingénierie solaire pourrait avoir ses limites. Si nos émissions de gaz à effet de serre ne ralentissent pas, les concentrations dans l’atmosphère pourraient atteindre un niveau qui rendrait le stratocumulus plus mince et finirait par l’éliminer, même avec la géoingénierie solaire. Mais sans cette couverture nuageuse, l’injection de particules dans la stratosphère perdrait tout intérêt.

Il n’y a pas plus de planète B pour le climat qu’il n’y a de planète B

“ Cela a un siècle maintenant que nous nous sommes engagés dans une expérience que l’on peut qualifier de géo-ingénierie. Dans le cadre de laquelle les humains modifient le climat de manière très efficace échelle  ? Mais cette expérience est totalement involontaire. Il s’agit ici d’une intervention intentionnelle sur le climat mondial. De l’autre côté de l’Atlantique, des entreprises privées travaillent déjà au développement de techniques d’injection de soufre dans la stratosphère. Mais nous pouvons renverser le problème. Nous ne pouvons pas éviter de réduire nos émissions de CO2. Et quand je dis réduire, je veux dire de manière agressive. Pas de manière marginale comme nous le faisons actuellement. Car en réalité, soyez assurés : il n’y a pas plus de plan B pour le climat qu’il n’y a de plan B. ”

Ce que vous venez de lire vous intéresse ?