L’OFS s’appuie sur le Swiss Data Science Center pour ses services en sciences des données

Pour remplir sa nouvelle mission de fournisseur de services de science des données pour l’administration fédérale, l’Office fédéral de la statistique (OFS) collabore avec le Centre suisse des sciences des données géré par l’EPFL et l’EPFZ.

(Source: Bluberries / iStock.com)

(Source: Bluberries / iStock.com)

L’Office fédéral de la statistique (OFS) se donne les moyens de réaliser sa nouvelle mission. À savoir, l’utilisation de la science des données et de l’intelligence artificielle au sein du gouvernement fédéral. En souvenir, l’OFS a créé un Centre national de compétences en science des données (DSCC) dans le but de fournir des services de science des données en tant que service. Pour concrétiser ce projet, le bureau annonce avoir conclu un partenariat avec le Swiss Data Science Center (SDSC), une structure qui a été lancée en général pour les deux EPF en 2017. « Cela me rappelle le partenariat entre l’Institut Alan Turing basé à Londres et le British Office for National Statistics, engagé dans une vision partagée de la recherche et de l’innovation en science des données », a commenté Martin Vetterli, président de l’EPFL.

Soutien au recrutement et utilisation de la plateforme du SDSC

Soutien au recrutement et utilisation de la plateforme du SDSC

La coopération entre l’OFS et le SDSC s’articule autour de trois volets. Le premier est de recruter des spécialistes qui composent la DSCC. L’ETH accueillera également ces personnels «en résidence» dans les laboratoires SDSC, «pour développer leurs compétences et mettre en réseau les acteurs dans ce domaine en Suisse», indique le communiqué de l’OFS. Sur le même sujet : Quel ce que le climat ?. Le deuxième volet du partenariat concerne l’utilisation de DSCC par la plateforme technologique open source RENKU, développée par SDSC. «Le troisième volet vise à promouvoir la compréhension, le partage des connaissances, les connaissances et les pratiques en science des données et intelligence artificielle au sein de l’administration fédérale», ajoute l’OFS.

OFS s’intéresse également à la science des données et au big data pour créer des scénarios prédictifs utiles à la société, peut-on lire dans la Data Innovation Strategy publiée en 2017 par l’Office. C’est avec la perspective potentielle d’ajouter des statistiques publiques que les chercheurs de l’EPFL ont développé une méthode big data utilisant les données anonymisées de plus d’un million d’assureurs de La Mobilière.

la-nasa-et-les-agences-spatiales-partenaires-amassent-une-vision-globale-des-impacts-du-covid-19
Ceci pourrez vous intéresser :
La NASA, l'ESA et la JAXA ont rassemblé un large éventail de…