Luc Ferry: «Il existe une alternative à l’écologie punitive»

EXTRAITS EXCLUSIFS – Alors que le projet de lutte contre le changement climatique est discuté à l’Assemblée et suscite la polémique, Luc Ferry publie Les Sept Écologies (Éditions de l’Observatoire), un tour d’horizon des mouvements qui composent cette famille de pensée. Le Figaro publie en exclusivité de grands extraits de cet ouvrage éclairant, à une époque où le terme écologie désigne en réalité des courants fondamentalement différents, voire antagonistes.

Envoyé

hier à 20h21, mis à jour hier à 21h56

Les ravages des révolutions industrielles

Les ravages des révolutions industrielles

Tel un ethnologue, Luc Ferry distingue dans son ouvrage Les Sept Écologies (Éditions de l’Observatoire), les «gens qui s’effondrent», ceux qui gardent des catastrophes inévitables; les «alarmistes révolutionnaires», héritiers de la critique marxiste du capitalisme, appelant à des coupes, comme le font les décoloniaux, les écoféministes et les végétaliens; les réformistes, pour qui le salut réside dans la croissance verte et le développement durable; et, enfin, partisans de «l’éco-modernisme» et de l’économie circulaire (qui sont en faveur de la limitation de la consommation et du gaspillage des ressources et de la production de déchets), dont l’auteur est un avocat convaincu.

Le capitalisme moderne a trop longtemps misé sur un usage déraisonnable d’énergies «brutales», à la demande d’une production bêtement rentable: il s’agissait à l’origine de produire le plus possible pour le moins cher possible afin de satisfaire l’économie. le plus tôt possible et le plus rapidement possible, non

Cet article est réservé aux abonnés. Il reste 92% à le découvrir.

Abonnement: 1 € le premier mois

A lire aussi :   Météo du samedi 17 avril : soleil dominant, moins de gelées