Maurienne : quand l’écologie l’emporte sur l’extension de domaines skiables

Maurienne : quand l'écologie l'emporte sur l'extension de domaines skiables

Vendredi 9 avril, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu partiellement une partie du système de cohérence territoriale de la Maurienne (SCoT). Plus précisément, cela se traduit par l’arrêt temporaire de quatre projets d’extension des domaines skiables. Les associations de protection de l’environnement parlent d’une «victoire sans précédent».

Quatre extensions de domaines skiables en suspens

Quatre extensions de domaines skiables en suspens

Sur les quatre projets suspendus, deux visaient à fédérer les domaines skiables: la Croix du Sud, entre Valfréjus et Valmeinier, et un Les Karellis et Albiez-Montrond. Voir l'article : Le plan climat de Nestlé soumis au vote de ses actionnaires. Deux autres projets prévoyaient l’extension des domaines skiables d’Aussois et de Val-Cenis.

« Pourquoi étendre les domaines skiables à des endroits où il n’y aura plus de neige dans dix ans? » France Nature Environnement (FNE) et Valloire Nature et Avenir, les deux associations qui avaient saisi le tribunal administratif, ont été interrogées. Pour eux, ces projets sont synonymes de progrès économique et de destruction écologique. Il semble que les arguments qui ont convaincu le tribunal administratif de Grenoble.

Cette décision est cependant temporaire, car le tribunal avait été confisqué en résumé: une procédure d’urgence. Le juge ne s’est pas encore prononcé sur le fond de l’affaire, probablement pas avant 2022.

Pourquoi étendre les domaines skiables à des endroits où il n’y aura plus de neige dans dix ans? – Eric Féraille, président régional du FNE

Ceci pourrait vous intéresser

Une décision amère

Une décision amère

De leur côté, les élus locaux, représentés par le Syndicat du Pays de Maurienne (SPM), sont déçus. Ces projets représentent plusieurs années de travail et d’investissements financiers. Sur le même sujet : Comment expliquer la répartition des climats de la terre ? «Cette décision met en péril la survie économique de notre modèle de vie», a réagi le maire d’Aussois Stéphane Boyer en apprenant la nouvelle.

Cependant, il n’a pas été suspendu malgré « ça y est » pour Yves Durbet, le président du SPM. Les projets immobiliers de SCoT, notamment la construction d’un Club Med à Valloire, sont toujours en cours.

En attendant la prochaine audition, les élus du Pays de Maurienne s’engagent à améliorer encore ces projets, notamment sur le plan environnemental. Ils espèrent être enfin validés.