Météo hivernale en début de semaine prochaine : froid et neige

Météo hivernale en début de semaine prochaine : froid et neige

Le changement radical et brutal de temps annoncé dès le lundi de Pâques se confirme. Il fera plonger les températures à un niveau de février et génèrera des chutes de neige jusqu’à basse altitude sur une partie nord essentiellement et des conditions hivernales qui vont se maintenir jusqu’à mercredi prochain.

Le printemps est parfois une période de contrastes de températures extrêmes, entre la fin de l’hiver et la montée du printemps. Cette année, ce phénomène est d’autant plus fort que la masse d’air des derniers jours de la première vague de chaleur et l’arrivée d’une masse polaire d’origine polaire directe la semaine prochaine. Sur le même sujet : Pékin accélère son projet de manipulation de la météo. Le lundi de Pâques sera une journée de transition avec l’arrivée du froid et de la neige … une brève dégradation hivernale qui durera jusqu’à mercredi. Cette évolution est en grande partie confirmée.

Baisse de température en deux étapes

La baisse des températures a déjà commencé ce week-end avec un vent du nord-est s’élevant aux deux tiers du nord de la France. Il a provoqué une baisse comprise entre 5 ° et 10 ° C depuis jeudi. Après un plateau élevé ce week-end, une deuxième baisse interviendra lundi dans le nord de la France. Il sera lié à l’arrivée d’un front froid descendant des îles britanniques, propulsé par l’air polaire. Ce changement plongera la France dans une ambiance quasi hivernale, ce qui en vaut la peine dans les mois de janvier-février, avec des températures chutant de 15 ° et 20 ° C de semaine en semaine dans les deux tiers du pays.

Informations sur l’évolution de la dégradation entre lundi et mardi

Ceci est confirmé par la tendance hivernale générale au début de la semaine prochaine, bien que certaines incertitudes apparaissent le jour de transition du lundi de Pâques.

Comme le montrent les cartes ci-dessus, la dégradation serait approximativement rapide selon les principaux modèles. Si l’arrivée de la pluie, du vent et de la fraîcheur doit se faire sur les rives de la Manche et de la mer du Nord le matin, le soir la vitesse à laquelle les turbulences se déplacent vers le sud est présente. Les doutes. Si vous conduisez cela, vous devriez y réfléchir. Fiable et remarquable est la plus forte activité de la perturbation dans le nord de la Seine, plus précisément dans les Hauts-de-France le matin et le soir vers le nord-est et en milieu d’après-midi.

Au fur et à mesure que cette perturbation passe, la baisse de température se confirme également, avec la direction du vent du nord vers le secteur nord-ouest. Ce vent sera persistant et augmentera la sensation de froid.

Il semble étonnant de revoir les flocons de neige après la canicule des derniers jours, et pourtant il n’est pas rare de voir de la neige sur les plaines pendant les dix premiers jours d’avril. Bien que rares ces dernières années, les fêtes de Pâques se tiennent parfois au sol dans le nord de la Loire avec de la neige.

Dans le contexte de la semaine prochaine, l’air polaire tombera après avoir traversé le front froid lundi. Si vous êtes au milieu du nord de la France le lundi soir et la nuit suivante, faites attention aux averses. Mais les secteurs les plus exposés au risque de neige seront les hauts plateaux du nord-est et les reliefs du centre-est, dont la hauteur varie de 300 à 400 m.

Dans la chronologie probable, l’évolution de la pluie-neige est la suivante:

– Lundi après-midi: pluie mêlée de neige dans le nord-est, retour de gros flocons de neige à travers les Vosges et les Ardennes entre 500 et 600 m par jour, chutant d’environ 300 m l’après-midi. Conditions hivernales également sur les routes des Vosges, le soir dans les montagnes de Lorraine et du Morvan.

– Lundi soir / nuit du lundi au mardi: la perturbation a atteint le nord de la région Auvergne-Franche-Comté et Rhône-Alpes. Les températures chutent considérablement. La neige fondante tombe sur les plaines et les villages, mais les haches de relief peuvent être décollées de 600 m à 400 m en fin de nuit. Les hauteurs seront donc pelées mardi matin au dessus de Clermont-Ferrand, Saint-Etienne ou Besançon. Soyez prudent sur les routes des stations de montagne qui rétabliront la viabilité hivernale.

– Mardi: temps froid avec vent et pluie dans le tiers nord-est de la France. Les averses peuvent également apporter de la pluie ou de la neige dans les montagnes de Normandie et des Hauts-de-France, mais en vain. En revanche, les tempêtes de neige se succèdent dans les reliefs orientaux de l’est, entre les montagnes d’Auvergne, du Jura, des Vosges et des Alpes du Nord, permettant à la neige de tomber de 10 à 15 cm à 800 m d’altitude. m. Il suit certainement la résistance que la neige peut avoir entre les Ardennes et les plaines lorraines.

Le calme vient la nuit de mardi à mercredi, mais les gelées vont s’intensifier au profit d’un ciel dégagé.

Risque de gel pour entretenir la végétation

Le risque de gel sera important la semaine prochaine, surtout les mardis et jeudis matins, lorsque les nuits s’illuminent. A noter que le froid sera rude en montagne avec une masse d’air plus froide qu’en hiver en hauteur: des valeurs proches des records (entre -15 ° et -20 °) peuvent être observées en haute montagne et -10 ° à -13 ° C dans les stations de ski alpin.

Dans les plaines et les collines, ce gel soulève des inquiétudes quant à la progression de la végétation. Si les gelées ne sont pas rares dans les dix premiers jours d’avril, cela peut quand même faire peur. Pour le moment, il est difficile de déterminer les valeurs à obtenir, car tout dépendra de la couverture du nuage nocturne et du vent, les facteurs limitants étant le rayonnement de la nuit et donc le gel. Mais on peut déjà estimer des gelées entre -2 ° et -4 ° C dans les plaines, avec les plus froides tôt mercredi matin (dans les plaines peut-être aussi basses que -6 ° C du Moyen-Orient et de la Bourgogne).

À titre d’anecdote, rappelons que la froide matinée de mercredi prochain mérite une légère gelure dans le centre de Paris (la station météorologique du parc Montsouris). Ainsi, le gel à Paris existe depuis 13 ans (0 ° C le 7 avril 2008), et pour la première fois depuis 1955, le dernier gel serait après la chaleur du premier jour (température supérieure à 25 ° C) à Paris.

Ceci pourrait vous intéresser