SpaceX : jamais une fusée Falcon 9 n’avait été autant utilisée

SpaceX : jamais une fusée Falcon 9 n’avait été autant utilisée

SpaceX a réussi à se concentrer sur une fusée récupérable et réutilisable. Le 14 mars, la première phase d’une fusée Falcon 9 a achevé son neuvième aller-retour entre la Terre et l’espace.

Au cours du week-end, 60 satellites Starlink ont ​​de nouveau été lancés, toujours dans le cadre du projet de méga-constellation que SpaceX souhaitait développer une offre d’accès Internet depuis l’espace. Comme d’habitude, la mission s’est bien déroulée: la charge utile a pu être déployée et la première phase de la fusée Falcon 9 a été récupérée. La routine en bref.

Le spectaculaire est ailleurs. Dans les spécifications de vol, SpaceX a fait savoir que cette première étape est un vétéran des allers-retours entre la Terre et l’Espace: il a en fait été en service neuf fois. Il a été mobilisé cinq fois pour les missions Starlink, mais aussi trois autres fois pour les satellites SXM-7 et Radarsat dans le cadre de deux vols séparés et lors de la démonstration Crew Dragon Demo-1.

Grand succès pour SpaceX

Grand succès pour SpaceX

Avec l’opération du dimanche 14 mars, le compteur est passé à neuf. Le moment où les gros titres de la presse annonçaient que SpaceX réutiliserait pour la première fois la première phase de la fusée Falcon 9 semble révolu depuis longtemps. C’était en 2017, il y a près de quatre ans. Depuis, l’entreprise a changé de taille: elle participe même à la rotation des équipages entre la Terre et la Station spatiale internationale.

La bonne reprise de la première phase du lanceur, bien sûr, ouvre la voie à une dixième mission avec lui une fois son contrôle terminé. Compte tenu du rythme très élevé de son calendrier (rien que pour Starlink, il y a eu au moins deux missions par mois depuis le début de l’année, et trois en mars avec deux autres également prévues), cela pourrait arriver très prochainement.

Mais surtout, cela illustre de manière spectaculaire le succès du pari de SpaceX, ou plutôt de ses deux paris: d’abord et avant tout un pari industriel avec la création d’un lanceur réutilisable et personnalisable (Falcon Heavy est basé sur Falcon 9, par exemple) pour réduire les coûts et faciliter la production en série. Un effort technologique ensuite en réussissant à restaurer le premier étage pour qu’il puisse être réutilisé.

En 2017, SpaceX a rapporté que son objectif était de pouvoir lancer chaque premier étage Falcon 9 dix fois avec seulement des inspections entre chaque tir. Son fondateur, Elon Musk, a même déclaré qu’il serait possible de l’utiliser plus de cent fois si la rénovation n’avait pas trop de coût. Ces commentaires sont venus quand une nouvelle version du Falcon 9 est arrivée.

Cette nouvelle version est le cinquième développement (“Block 5”) de la version connue sous le nom de v1.2 ou Full Thrust. La version Block 5 a été lancée le 11 mai 2018 et la scène a été réutilisée pour la première fois le 7 août 2018. Mais la base technique de la fusée (v1.2 / Full Thrust) est un peu plus ancienne, car Le premier vol remonte à décembre 2015. Parmi les différentes améliorations, le bloc 5 est plus facile à réutiliser.

Les plans développés par SpaceX avec Falcon 9 v1.2 / Full Thrust Block 5 sont de facto réalisés avec un premier étage, qui devrait bientôt connaître son dixième vol. C’était déjà un record dans ce domaine avec ces neuf allers-retours, et il est probable que cela ne durera pas longtemps si la compagnie américaine maintient un tel rythme en 2021. En principe, sur le dixième vol, une nouvelle révision aura lieu.

Le leadership de SpaceX dans les fusées recyclables devrait rester important dans les années à venir. Néanmoins, le secteur aéronautique est en mouvement: côté européen, une feuille de route a été élaborée pour concevoir également une première phase qui peut être restaurée et recyclée. Les manifestants (Callisto et Themis) sont annoncés et d’autres étapes doivent être franchies d’ici 2025.