Tours : les dons de corps à la science en forte baisse après le scandale de Paris-Descartes

Fin 2019, un problème a secoué le monde pharmaceutique et l’a choqué à plus d’un titre. Le centre de don de corps de Paris-Descartes, chargé de retrouver les restes de cadeaux à la science, fait face à de sérieux revers. Locaux jetables, cadavres décomposés, conditions préservées, l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) avait – au terme de son enquête – conclu de «graves violations» et ordonné la fermeture de l’établissement.

Plus de transparence

Plus de transparence

Près de deux ans plus tard, les résultats de cette expérience sont encore visibles à la Faculté de médecine de Tours. «Nous avons constaté une perte d’environ 40% de l’engagement entre 2019 et 2020», a déclaré Christophe Destrieux, professeur d’anatomie et président de l’association des donneurs à Tours. «Et, entre le premier trimestre de 2020 et le premier trimestre de 2021, nous avons perdu encore 60% … Nous aurions pensé qu’il y avait un ralentissement et ensuite recommencé, mais ce n’est pas le cas. Voir l'article : Luc Ferry: «Il existe une alternative à l'écologie punitive». C’est ce qui s’est passé. C’est très frustrant car cela signifie qu’à 5, 10, 15 ans, quand les donneurs meurent pour s’inscrire, ils peuvent être affectés par l’insuffisance c’est le corps humain. Il veut être activé par quelqu’un qui connaît un vrai corps. « 

Le don du corps doit être un service à la vie après le départ – Thierry Gélinard, don

Le professeur a signé chaque jour la chronique Libération, selon laquelle une réforme du don de corps est nécessaire en France. Christophe Destrieux pointe, avec une présentation nationale, la construction d’une fondation nationale. « Avec un chèque, nous pourrons voir les dégâts. La deuxième chose qui est vraiment nécessaire est d’inclure dans la gestion des personnes de la société, des bonnes personnes, des dons ou des familles. » C’est une guerre parce qu’ils lui donnent un regard extérieur . Si quelque chose arrive, ils peuvent nous le dire. « 

Thierry Gélinard a également besoin de précisions. Le vice-président de l’organisation de don de corps de Tours, lui-même donateur, estime que les portes des centres doivent être ouvertes à ceux qui ont des doutes. « Si cela vous plaît, n’attendez pas pour appeler et demandez également une visite des sites, où vous affronterez à l’avenir des personnes qui utilisent votre corps, des pédiatres et des chercheurs. Il n’y a rien à craindre. C’est le don du corps. c’est de servir la vie après sa disparition, c’est ce qui m’a motivé, de pouvoir dire que ma mort profitera à mes enfants, si je peux les empêcher d’avoir des ennuis, ne serait-ce que le fait que j’ai donné mon corps était pour moi le plus beau cadeau. « 

Typiquement, près de 230 corps sont examinés chaque année à la faculté de médecine de Tours.

La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire
Sur le même sujet :
La science n'a pas toutes les réponses. Nous devons sortir de l'illusion…